Conformément aux directives de la CNIL, pour poursuivre votre navigation dans de bonnes conditions vous devez accepter l'utilisation de Cookies sur notre site.

J'accepte
Pour être réellement heureux Agrandir l'image

Pour être réellement heureux

SC_64_A07

« La mort est intimement liée à la vie et, pourtant, l'être humain est surtout préoccupé par une chose, mais ce n'est pas la mort. Pour ceux qui sont du type plutôt physique, le bonheur sera de courir, sauter, danser, manger, faire l'amour, voyager, acheter...»

Plus de détails

  • loader

2,00 €

En savoir plus

La mort est intimement liée à la vie et, pourtant, l'être humain est surtout préoccupé par une chose, mais ce n'est pas la mort. Pour ceux qui sont du type plutôt physique, le bonheur sera de courir, sauter, danser, manger, faire l'amour, voyager, acheter... Pour ceux qui sont de type plutôt émotionnel, le bonheur, c'est l'amour, aimer et être aimé. Ceux qui sont plutôt de type intellectuel sont heureux de savoir, connaître, comprendre, réfléchir, tout ce qui tourne autour de la pensée et de ce qui peut assouvir leur curiosité. Pour autant, les êtres humains sont-ils heureux ? Non. La plupart souffrent et font aussi beaucoup souffrir ceux qui les entourent. Dès qu'ils ont obtenu ce vers quoi ils tendaient, ils deviennent insatisfaits et courent vers un autre bonheur à saisir.

Si cette quête du bonheur ne fonctionne pas, c'est, d'une part, que nous le cherchons à l'extérieur. Mais c'est aussi que, lorsque nous naissons, nous retrouvons autour de nous les personnes que nous avons déjà rencontrées lors d'incarnations précédentes... et il y a beaucoup de comptes à régler avec elles. Les difficultés et les souffrances que nous imposent certaines personnes que nous rencontrons ou avec lesquelles nous vivons sont la conséquence du mal que nous avons pensé, dit ou fait lors d'une incarnation précédente.

Voilà comment les derviches de Samara, il y a fort longtemps, et Idris Lahore aujourd'hui, expliquent l'impossibilité pour l'être humain d'arriver au bonheur, à la libération de la souffrance et à la réalisation de sa véritable nature. Pourtant, ces Maîtres d'antan et d'aujourd'hui nous disent qu'on peut trouver le bonheur, on peut se libérer de la souffrance. Leurs ensei- gnements spirituels, philosophiques et théoriques, mais aussi pratiques, visent à permettre aux humains d'accéder à la fois au bonheur terrestre et à la réalisation de leur nature spirituelle.

Malheureusement, ces Maîtres ont constaté que même ceux qui suivent leurs enseignements deviennent rarement des hommes bons, enthousiastes, sereins, sans angoisses et sans peurs. Les Maîtres ont alors cherché un autre moyen d'aider les êtres humains et ils leur ont enseigné qu'en quittant le corps physique à la mort, leur esprit allait dans d'autres mondes, en particulier dans le monde des âmes et qu'ils vivaient là les effets sur les autres de ce qu'ils avaient pensé, dit et fait. Leur âme y comprenait alors les sources du bonheur, de la joie, de l'amour et reconnaissait également les causes de la souffrance. C'est dans les mondes entre la mort et la vie que l'âme peut le mieux comprendre le secret du bonheur et de la vie.

Mais ceci ne nous aide pas vraiment dans notre vie parce que, lorsque nous nous incarnons, nous oublions toutes les précieuses compréhensions qu'ont eues notre âme et notre esprit dans les autres mondes. Seuls certains (ceux qui ont une véritable aspiration vers la vérité, vers la bonté, vers la beauté) perçoivent encore comme l'écho de ce qu'ils ont vécu dans l'au delà. Assurément, si les êtres humains se souvenaient, ils seraient ou deviendraient meilleurs : au lieu d'être dans la jalousie, la haine et les conflits, ils seraient dans l'amour ou la compassion pour les autres. Au lieu d'être tristes, déprimés, insatisfaits, ils seraient dans la joie ou dans l'enthousiasme pour tout ce qu'ils peuvent vivre sur terre. Au lieu d'être dans l'angoisse ou la peur, ils vivraient sereinement tout ce qui leur arrive...


Pour commander le magazine complet : cliquez ici !