Conformément aux directives de la CNIL, pour poursuivre votre navigation dans de bonnes conditions vous devez accepter l'utilisation de Cookies sur notre site.

J'accepte
Astral : le monde des désirs Agrandir l'image

Astral : le monde des désirs

SC_64_A10

Aujourd’hui, en vous, un désir succède à l’autre ; quand vous êtes incarné, un désir vous fait oublier les autres parce que votre corps physique fonctionne ainsi. Dans le monde astral, il n’y a plus ce corps physique focalisant sur un désir : tous vos désirs insatisfaits sont présents à la fois. Vous ne pouvez pas imaginer à quel point c’est un lieu de souffrance...

Plus de détails

  • loader

2,00 €

En savoir plus

Dans le monde astral, on est perpétuel- lement en état de désir, on ne peut pas y trouver la paix. Imaginez-vous habité en permanence et de manière aiguë par votre plus fort désir, que ce soit au niveau intellectuel, émotionnel ou physique. Aujourd’hui, en vous, un désir succède à l’autre ; quand vous êtes incarné, un désir vous fait oublier les autres parce que votre corps physique fonctionne ainsi. Dans le monde astral, il n’y a plus ce corps physique focalisant sur un désir : tous vos désirs insatisfaits sont présents à la fois. Vous ne pouvez pas imaginer à quel point c’est un lieu de souf- france. Les écrivains religieux du passé décrivaient le purgatoire et l’enfer comme des lieux de torture, où l’on vous enfonce des aiguilles dans le corps, où l’on vous brûle ou l’on vous arrache les doigts, les ongles, les yeux... en même temps ! Certains peintres, Jérôme Bosch en particulier, ont représenté ce monde avec beaucoup d’intensité : quatre ou cinq diables autour d’un être humain, qui chacun le torture d’une autre façon. Voilà le monde des désirs : un monde de souffrance qu’il faut arriver à dépasser.

Détachement et non ascétisme

Plus on arrive à dépasser ses désirs sur terre, à rester serein, détendu, et moins il sera néces- saire d’en souffrir dans l’après-mort. Toutes les situations qu’on ne peut pas changer et qu’on arrive à accepter et prendre avec calme sont des situations dépassées. L’être change, se puri e. Nous ne parlons pas ici des besoins, mais bien des désirs inutiles, de tout ce qui crée un attachement au monde matériel. De plus, il ne s’agit pas de se débarrasser des désirs, mais de l’attachement aux désirs. Vous avez le droit d’avoir vos désirs, vous avez même le droit de les satisfaire, nous ne prêchons pas l’ascétisme. Le problème est l’attachement, comprenez la différence. C’est de l’attachement aux désirs qu’il faut se débarrasser, car c’est l’attachement qui nous accroche à la terre et au monde astral. Celui qui vit ses désirs normalement, sainement, sans y être attaché, n’a pas de problème.

Pour commander le magazine complet : cliquez ici !