Conformément aux directives de la CNIL, pour poursuivre votre navigation dans de bonnes conditions vous devez accepter l'utilisation de Cookies sur notre site.

J'accepte
Du jugement à la gratitude, grâce à l'ennéagramme Agrandir l'image

Du jugement à la gratitude, grâce à l'ennéagramme

SC_60_A09

Images

2,00 €

En savoir plus

Une autre vision, plus élevée...

Nous pouvons sortir de cette impasse en nous plaçant à un niveau de raisonnement plus élevé, celui des spiritualistes, celui dans lequel la gratitude a sa place. Mais ceci suppose d’accepter préalablement l’idée qu’il y a en l’être humain autre chose que ce que l’éducation a fait de lui, qu’il y a en lui une "essence" ou une "étincelle divine", comme le disent les hassidim, et que l’être humain s’incarne sur terre pour la faire grandir en accomplissant son destin
. Cette essence est celle que nous voyons agir dans le petit enfant. Au départ, l’enfant est spontané, il agit librement, il a les sens largement ouverts et capte tout ce qui se passe autour de lui. Il est tolérant aux différences de races ou aux handicaps de ses petits camarades et pense que tout le monde est aussi libre, ouvert, tolérant que lui. C’est son état naturel avant d’être arrêté dans son évolution naturelle par l’éducation très approximative et imparfaite des parents, des frères et soeurs, des maîtres d’école, qui ne lui serviront qu’à survivre et prendre sa place dans la société.
Mais au départ, c’est le destin (dans certaines traditions, on l’appelle le karma) qui nous fait naître dans le pays, la famille, l’environnement dans lequel nous nous incarnons, qui décide des rencontres que nous faisons, des éducateurs que nous rencontrons. C’est donc lui qui est à l’origine de nos conditionnements, mais aussi de nos talents, de nos qualités...