Conformément aux directives de la CNIL, pour poursuivre votre navigation dans de bonnes conditions vous devez accepter l'utilisation de Cookies sur notre site.

J'accepte
La personnalité : Moi affirmés, opposés, exclus... Agrandir l'image

La personnalité : Moi affirmés, opposés, exclus...

SC_63_A03

  • loader

2,00 €

En savoir plus

Les bases du travail de connaissance de soi que propose la Psycho-Anthropologie sont de comprendre les fragments ou "moi" de la personnalité et de les accepter sans les juger. On peut aussi rechercher ce qui est positif dans chaque "moi" puisque même les pires sont nés pour protéger l'esprit qui s'incarnait dans ce corps physique. Ceci signifie bien que chaque "moi" a été formé pour protéger l’essence-enfant, même ceux qui semblent être des "moi" négatifs ou destructeurs.

Une personne à part entière


Les "moi" sont des personnes à part entière, avec un langage oral, un langage corporel, une pensée, des émotions et une énergie qui leur sont propres. Dans un autre registre, on pourrait dire qu'ils sont comme des "esprits" qui nous habitent et qui nous viennent de notre famille, de nos parents, de notre fratrie, de notre génétique, de nos aïeux, de nos ancêtres, de l’inconscient collectif de l'humanité avec ses archétypes (les anciens dieux et héros de la mythologie) et de nos propres incarnations passées.

Une stratégie d'adaptation


L’être humain naît très vulnérable et, pour survivre, il doit s'adapter au monde et aux autres, en premier lieu à ses parents et à sa famille. L’adaptation se fait à travers les stratégies qui lui permettent de s’adapter au mieux, de se protéger et de satisfaire ses besoins primaires comme la nourriture, la chaleur, l’attention, l’amour... Chaque "moi" a été développé, affirmé, refoulé ou exclu pour éviter une souffrance, généralement liée à un rejet ou à une peur. C’est ainsi que se forme notre personnalité, et elle recouvre petit à petit l’essence-esprit que nous sommes.




Pour commander le magazine complet, cliquez sur le lien suivant : Revue N° 63 : Mais qui suis-je ?