Conformément aux directives de la CNIL, pour poursuivre votre navigation dans de bonnes conditions vous devez accepter l'utilisation de Cookies sur notre site.

J'accepte
Devenir un bon joueur de poker Agrandir l'image

Devenir un bon joueur de poker

SC_63_A09

  • loader

2,00 €

En savoir plus

La chute ou l’expérience de la chute


Après plusieurs centaines de marches, notre guide nous indique que nous arrivons au pied de la cascade Gitgit, sur l’île de Bali. L’eau dévale de près de quarante mètres dans un écrin de verdure et de  eurs. Je m’assieds au bord de l’eau sur un galet de quelques tonnes pour goûter ce paysage. L’air est vivifiant. Une légère brume se dégage du bassin, dynamisant l’atmosphère. C’est alors que je me demande : "Qu’est-ce qui fait que cette chute d’eau est une chute d’eau ?". Il y a l’eau, le dénivelé et ce splendide décor. Je peux regarder ce tableau comme on prend une photo mais, à cet instant, je perçois le mouvement : l’eau passe, le décor lui aussi se transforme, à son rythme. Rien n’est  gé. Ce qui fait l’existence de cette chute est son caractère impermanent et mouvant. À chaque seconde, c’est en réalité une nouvelle chute d’eau dont je suis le témoin. Pourtant, j’ai la sensation d’avoir vu la chute de Gitgit, celle dont parle le magazine touristique qui nous a motivés à venir. C’est toute la différence entre le concept ou le mot qui définit l’objet et l’objet lui-même. Assis les pieds dans l’eau, je prends conscience que nous vivons la plupart du temps à travers ces concepts, et donc en partie déconnectés du réel et du vivant. Ce constat est à la fois attristant et réjouissant. Je suis bousculé par cette sensation qui met en évidence cette déconnexion et, en même temps, joyeux de la démasquer et de percevoir un autre aspect de la vie.

Qui suis-je ?

À la fin d’un séminaire de management intitulé "Comment libérer son potentiel et ses talents", un participant s’approche, l’air dubitatif : "Ce séminaire m’amène à me poser la question : qui suis-je ?". S’ensuit un long silence, puis il ajoute : "Je suis perturbé ! J’étais venu pour trouver des recettes et je repars avec des outils, j’ai appris beaucoup mais, surtout, je m’interroge quant à qui et ce que je suis". "Bonne nouvelle !", lui ai-je simplement répondu. Le vrai travail peut en n commencer...




Pour commander le magazine complet, cliquez sur le lien suivant : Revue N° 63 : Mais qui suis-je ?