Acupuncture et préhistoire

2,00 €
TTC
Quantité

Pour commander le magazine complet, cliquez sur le lien suivant :

N°40 - Ce que les Anciens savaient déjà


Acupuncture et préhistoire

Des scientifiques serrent la main d'un homme préhistorique

Francis Sehl

praticien euphoniste énergéticien


Aujourd'hui, les médecines douces suscitent un regain d'intérêt, soit dans le domaine du bien-être (spa, massages), soit dans les traitements complémentaires à la médecine traditionnelle (acupuncture, phytothérapie, etc.).

Certaines techniques, dites énergétiques, consistent à utiliser des points situés sur des lignes énergétiques (les méridiens de l'acupuncture chinoise), soit en les stimulant (comme dans le massage Tui Na), soit en les percutant (méthodes derviches ou EFT, TFT), soit encore en y plantant des aiguilles (acupuncture), ou en les chauffant (moxibustion). Le but est de diluer un trop plein d'énergie, ou de ramener l'énergie là où elle manque, pour soulager des douleurs physiques ou psychiques.

Habituellement, on fait remonter bon nombre de ces techniques à une lointaine tradition chinoise, japonaise ou indienne. En effet, dans les traditions de l'Extrême Orient, il est culturellement important de se déclarer l'héritier d'une thérapie millénaire, ce qui est le cas par exemple de la médecine traditionnelle chinoise, mais l'acupuncture ne daterait que de 2 ou 3 siècles avant Jésus-Christ.

Ce que l'on sait moins, c'est que les techniques dites énergétiques étaient beaucoup plus répandues dans le monde que l'on ne pense, et qu'elles existaient depuis des millénaires dans nos civilisations occidentales. La transmission du savoir-faire étant principalement orale, il n'y avait que peu d'éléments tangibles permettant de corroborer cette théorie : dessins sur le corps de certains hommes sur des peintures rupestres et des statuettes préhistoriques, tatouages thérapeutiques sur le dos de l'homme de Pazyrik en Sibérie (5ème siècle avant JC), etc.

L’homme des glaces

Il y a une vingtaine d'années, une découverte allait faire reculer de plusieurs millénaires l'utilisation des points dits d'acupuncture, et d'en prouver l'utilisation dans nos régions.

En septembre 1991, en Autriche, deux randonneurs découvrent, à 3200 m d'altitude, sur le glacier de Similaun, dépassant de la glace, un corps humain, bien conservé. L'été avait été chaud et la fonte des glaces plus importante que d'habitude. Ces randonneurs ont d'abord cru qu'il s'agissait de la victime d'un crime récent et ont prévenu la police. Les vêtements et accessoires de cet homme congelé, l'arme qu'il tenait en main (un poignard à lame de silex), ont fait comprendre aux policiers qu'ils étaient face à un cadavre d'homme préhistorique, resté prisonnier des glaces depuis des siècles. La communauté scientifique alertée a immédiatement pris les mesures conservatoires nécessaires.



SC_40_A12