De l'Oracle de Delphes au pressentiment en laboratoire

2,00 €
TTC
Quantité

Pour commander le magazine complet, cliquez sur le lien suivant :

N°40 - Ce que les Anciens savaient déjà


De l’Oracle de Delphes au pressentiment en laboratoire

Joachim Soulières

psychologue

La confiance dans les rêves apparemment prémonitoires, les visions ou les contacts avec d’autres réalités ont influencé les anciennes civilisations humaines tout comme les modernes. Le concept de divination est à la base non seulement du chamanisme mais aussi des traditions judéo-chrétiennes. Pratiquée dès le néolithique par des peuples de l’Asie orientale, elle fut perfectionnée dans chaque société. Ainsi, les dirigeants de la Grèce antique s’appuyaient fortement sur les vers prophétiques des prêtresses de l’Oracle de Delphes pour prendre des décisions stratégiques. Ce célèbre sanctuaire oraculaire aurait été fondé par Apollon lui-même, pour que sa parole divine y soit transmise par l’intermédiaire de la Pythie. Aujourd’hui encore, des controverses animent le monde scientifique pour expliquer les oracles qui y étaient délivrés.

Les astuces d’un lieu oraculaire

La Pythie était saisie par l’enthousiasme qui, au sens grec du terme, signifie “ayant le dieu en elle”. Après avoir mâché du laurier et bu l’eau de la source sacrée, des propos incohérents sortaient de sa bouche frémissante, puis étaient recueillis par des prêtres qui fixaient le sens à retenir de la consultation. La Pythie était installée sur un trépied placé dans une fosse oraculaire, l’adyton (littéralement “l’endroit où l’on ne va pas”), juste au-dessus d’une fissure d’où les Anciens pensaient qu’émanaient des vapeurs toxiques, sources de ses pouvoirs. Et c’est là qu’une controverse débute : peut-on réduire les transes visionnaires de la Pythie à des effets de ces vapeurs ?



SC_40_A13