En guise de conclusion

2,00 €
TTC
Quantité

Pour commander le magazine complet, cliquez sur le lien suivant :

N°40 - Ce que les Anciens savaient déjà


En guise de conclusion

Et si l’Histoire n’était qu’un éternel recommencement ?

Une de nos lectrices s’est sentie inspirée lorsque nous avons annoncé le thème du présent numéro, et nous a envoyé ses réflexions… Comme elle, vous pouvez nous envoyer vos témoignages.

Redécouvrir

Les sciences modernes sont en train de redécouvrir des savoirs que les anciennes traditions avaient déjà il y a des centaines, voire des milliers d’années, et ce dans de nombreux domaines. Les anciens savaient quasiment d’instinct ce que l’homme moderne redécouvre en faisant un détour par des connaissances “nouvelles”, avec l’aide de la science, du progrès technologique, ceci au fur et à mesure que son niveau de conscience se développe.

D’ailleurs, l’on parle bien de “découvrir”, comme de “lever le voile” sur quelque chose de couvert, de caché jusque-là, d’oublié, de perdu, mais de présent, et donc à “redécouvrir”, découvrir à nouveau… car toujours là, à portée de main, ou plutôt de conscience.

Une question de temps

La tradition ne serait-elle pas finalement qu’en apparente opposition à la modernité, la différence essentielle ne résidant que dans une notion large de temps, voire d’espace ? Peut-être nous faut-il alors commencer par tenter de définir ces deux mots ?

La tradition est, pour les uns, une force d’inertie contraire au changement nécessaire ; pour les autres, un espace de références nécessaires dont la nostalgie moderne se nourrit.

La modernité est, pour les uns, une rupture inaugurant les nouveaux commencements et contribuant à la marche du progrès ; pour les autres, une cassure qui livre l’homme moderne aux incertitudes et à l’épreuve du nouveau. Les deux termes désignent des modes opposés de la relation à la temporalité. En effet, chaque période a eu ses modernes et a pu passer en tant qu’époque pour représentative d’une modernité.

La tradition est indissociable de la continuité, de la transmission, du maintien ; la modernité dissocie, transforme, repousse les frontières de l’impossible. Les deux termes ne s’enferment pas dans une définition : la tradition apparaît dans la diversité de ses aspects avec la manifestation des traditions identifiées par les spécialistes ; la modernité se décompose en modernités successives sous le regard des historiens.

SC_40_A17