La Terre, le Ciel et l'Être humain

La Terre, le Ciel et l'Être humain

2,00 €
TTC
Quand je ferme les yeux, je sais que je suis là, avec les pieds bien sur terre, mais ma tête me permet de regarder vers le Ciel. Je suis cet être humain assis ou debout, mais pas comme les animaux dont la tête regarde vers le sol. Je suis différent des animaux : j'ai les pieds sur terre et je peux regarder vers le ciel
Quantité

Beaucoup prétendent que je ne suis qu'un être matériel et terrestre. Il y a sur cette Terre plusieurs règnes de la nature : un monde minéral, un monde végétal, un monde animal. Certains disent que moi, être humain, je fais partie des animaux, mais je sais que ce n'est pas tout à fait vrai, que je suis le quatrième règne de la nature sur Terre, le règne des humains.

Et je peux me demander ce qui fait la différence entre le règne humain et les autres règnes terrestres.J'ai du minéral en moi et, à la mort, mon corps redevient minéral, il finit en cendres et en poussière. C'est le destin de mon corps physique, ma partie minérale. Le monde minéral est sclérosé, figé, et ce qui est minéral en moi est aussi ce qui se sclérose en moi : non seulement mon corps physique,mais mes émotions récurrentes, mes pensées dogmatiques et limitées, mes idées toutes faites…

Tout ceci, en moi, ressemble au monde minéral, c'est dur et froid.Comment le monde végétal vit-il en moi en dehors des aliments végétaux que je mange et digère ? Quelle est la caractéristique du monde végétal ? En plein hiver, il se minéralise un peu mais, au printemps, je redécouvre sa véritable nature : la croissance et même l'exubérance, le débordement. Si on ne s'occupe pas du monde végétal en lui mettant des limites, en le taillant, en le domestiquant, il déborde. Qu'est-ce qui, en moi, est en excès et débordant ? Beaucoup de mes émotions, de mes pensées, de mes considérations, de mes rêveries et de mes bavardages intérieurs : tout ceci est un peu végétal. J'ai du minéral et du végétal en moi, j'appartiens à la Terre par mon corps physique, mes émotions et mes pensées.

Et puis, il y a le monde animal. Je vois que je suis souvent très animal : quand j'ai faim et que je me précipite sur la nourriture comme un loup affamé ; quand je veux dominer quelqu'un d'autre comme un chef de meute ; quand j'ai peur et que je tremble comme une souris ou un lapin ; quand je suis agressif comme mes chiens dès que quelqu'un sonne à la porte…




Pour commander la revue N°70 complète
SC_70_A01