Comme un fétu de paille

Comme un fétu de paille

2,00 €
TTC
Gurdjieff disait que l'influençabilité est la pire tare des êtres humains. Pourquoi ? Vous savez bien qu'une simple remarque, même de la part de quelqu'un que vous n'estimez pas particulièrement, peut complètement vous déstabiliser et vous faire changer d'humeur : une parole, un geste, un regard et, en vous, tout est déstabilisé, vous êtes balayés comme un fétu de paille...
Quantité

La proposition consiste à le remarquer dans votre vie, puis à regarder le monde, les situations et ce que les autres font ou disent à partir d'une droiture intérieure que rien ne peut déstabiliser. Après, vous décidez ce que vous voulez faire : vous pouvez vous adapter, rester, partir, peu importe. Apprenez à rester droits devant les autres, devant le monde, devant les remarques, les regards et les attitudes des gens. Alors, à partir de vous et de votre droiture, et non à partir de vos réactions mécaniques, vous décidez si vous acceptez la bêtise, la méchanceté ou la réactivité des autres, ou si vous préférez aller vous promener ailleurs. Mais vous ne subissez plus ces influences.

Vous vous prenez pour Dieu…

Auditeur : Difficile de rester droit quand ce que je dis part d'un bon sentiment et que la personne le prend autrement. C'est comme un coup de bâton !

Vous le prenez comme un coup de bâton parce que vous vous sentez remis en cause, mais seulement parce que vous voulez imposer votre propre vision du monde et vous vous étonnez que l'autre n'y adhère pas. Vous voulez lui faire, lui donner ou lui dire quelque chose, mais il ne vous a rien demandé : fichez-lui la paix ! Et si vous voulez quand même vous mêler de sa vie, acceptez-le exactement comme il est. Acceptez le coup de bâton ou la remarque en retour. Mais si vous voulez entrer dans le monde de quelqu'un, commencez par faire de la considération extérieure, en l'acceptant comme il est, en comprenant comment il pense, ce qu'il ressent, quels sont ses besoins, ses envies, ses éventuelles limites aussi. Vous autres, vous voulez généralement faire entrer les gens de force dans votre monde. Le coup de bâton, c'est vous qui le donnez quand vous voulez que le monde de l'autre soit exactement conforme à vos attentes ! Vous avez ce problème parce que vous êtes irrespectueux du monde des autres. En plus, vous réagissez mal : vous êtes vexés, vous êtes blessés, mais vous vous prenez pour Dieu en voulant que les autres vivent dans votre monde à vous !




Pour commander la revue N°70 complète
SC_70_A03