Evolution : génétique et philosophie

Evolution : génétique et philosophie

2,00 €
TTC
Comment minimiser l'ampleur des catastrophes à venir...
Quantité

Pour commander le magazine complet, cliquez sur le lien suivant :

Quels risques pour demain ?


Professeur Pierre-Henri Gouyon
biologiste
interview Maya Ollier

Recherche d’équilibre
Dans l’optique d’une disparition de l’espèce humaine, beaucoup de scénarios ont été avancés. Quel serait le plus plausible selon vous ?
J’ai trouvé l’idée la plus intéressante chez Hubert Reeves. Il dit que tous les systèmes recherchent un état d’équilibre, une des plus jolies définitions de l’équilibre que je connaisse étant "quand les forces à court terme ont cessé d’agir et que les forces à long terme n’ont pas encore commencé". Si un élément déséquilibre le système en permanence, le seul recours est de se débarrasser de l’élément qui fabrique le déséquilibre (en l’occurrence l’espèce humaine), et tous les moyens seront bons : épidémie, catastrophe, guerre… Le système bouge jusqu’au moment où ce qui le dérange disparaît, donc si des conditions existent pour faire disparaître l’espèce humaine, le système les trouvera un jour ou l’autre, il continuera même à bouger jusque là, ce qui peut prendre encore beaucoup de temps et signifie que nous risquons d’être secoués encore longtemps.

Des gènes et des hommes
Vous avez écrit un livre intitulé "Les avatars du gène". Si j’ai bien compris, les gènes utilisent l’homme pour leur propre évolution ?
Les gènes ont progressivement constitué tous les êtres vivants, dont l’homme parmi beaucoup d’autres. Si les combinaisons génétiques fabriquent un organisme qui les reproduit bien, on les retrouve dans les générations futures. Dans le cas contraire, elles disparaissent. Le processus évolutif ne conserve pas les individus, qui sont des structures transitoires, mais l’information génétique. De ce point de vue, les êtres vivants, dont les humains, sont des artifices inventés par les gènes pour se reproduire. D’une certaine façon, la génétique évolutive répond à la fameuse question : "Pourquoi suis-je là ?", dans le sens de "Quel est le processus qui m’a amené ici ?". Dans le sens : "Quel est mon but dans la vie ?", la biologie n’a évidemment rien à répondre.
Pourquoi la vie ? Pensez-vous qu’il existe un dessein intelligent ?
Schopenhauer a postulé l’existence dans la nature d’une volonté primordiale qui cherche à se reproduire à travers les organismes. Cette volonté et l’information génétique se ressemblent beaucoup. Tout se passe comme si les gènes "voulaient" se reproduire, cette volonté serait la première à avoir existé sur Terre et aurait fabriqué toutes les autres, la volonté humaine ne serait qu’une expression de la volonté des gènes...
SC_34_A09