Le champ du point zéro

Le champ du point zéro

2,00 €
TTC
A l'aube d'une évolution majeure pour l'humanité...
Quantité

Pour commander le magazine complet, cliquez sur le lien suivant :

N°36 - la force de l'intention  


Intentions humaines : capables de changer le monde

Les Chinois ont un proverbe intéressant : "La différence entre le possible et l'impossible est la mesure de la volonté de l'homme". La signification est évidente : si les intentions humaines ont suffisamment de force, elles transforment le monde...
La majorité d'entre nous aura traduit le mot "force" par "effort intense dans l’action". Mais peu se rendent compte que ce mot "force" peut aussi désigner la puissance des idées, théories, concepts religieux ou scientifiques. Ces pensées s’inscrivent peu à peu dans l'inconscient collectif et conditionnent profondément notre façon de vivre. Tantôt elles entraînent nos civilisations dans le malheur, tantôt elles sont capables de leur redonner l'espoir.

Civilisation cartésienne et matérialiste

Après des millénaires de civilisations où prédominait la pensée religieuse, la pensée scientifique domine depuis quelque 400 ans et propose un modèle mécanique de l'univers, fondé sur la vision d’Isaac Newton (environ 1680). Selon lui, tout n'est que jeu de forces, tout n'est soumis qu'aux lois physiques de la mécanique et du mouvement qui règlent le devenir des objets et des particules se déplaçant dans un univers vide. Nul besoin de Dieu pour expliquer les mystères de la nature, nul besoin de l'homme puisque, même sans lui, le monde tourne très bien.
Avant Newton, Descartes avait donné de l'homme l'image d'une machine : un corps physique doté d'une pensée séparée de la matière de ce corps. Puis Darwin avait ajouté sa théorie d'un monde où toute évolution est basée sur la survie du plus fort.
L’adoption de ces théories par les humains a fait que, dans leur monde, amour, entraide, respect réciproque, gratitude, interdépendance… ne sont plus valorisés : il s'agit d'être le meilleur pour survivre. Cette vision du monde, même si elle a permis des progrès remarquables dans le domaine de la science, du génie civil, de notre quotidien, a l'inconvénient de nous avoir privés d'un sens élevé de la vie, en nous donnant des valeurs uniquement matérielles et des buts liés à l’avoir, de nous avoir séparés les uns des autres. L'âme, l'esprit, la conscience, Dieu, n'existent plus de façon nécessaire. L'autre nous est étranger, il peut même être un obstacle ou un danger à notre propre survie. La nature est une source de profit et l’homme, créature supérieure, a sur elle tous les droits. Nous connaissons les conséquences sociales et écologiques de ce mode de pensée...

SC_36_A08