L'éveil des managers

Le management au féminin

2,00 €
TTC
Le management au féminin
Quantité

Pour commander le magazine complet, cliquez sur le lien suivant :

L'éveil des managers


Ariane François
ingénieur

Quelques caractéristiques

Les femmes sont encore très rares aux postes de top management et dans les comités de direction des entreprises. Pourtant, de nombreuses études montrent que la promotion des femmes est une garantie de rentabilité. Selon une étude américaine, la présence massive des femmes dans les comités de direction des cinq cents premières entreprises mondiales permet d’affi cher une rentabilité très nettement supérieure à celle des entreprises uniquement dirigées par des hommes. L’apport des femmes commence à être reconnu partout où il a pu se manifester. Voici quelques-uns des aspects qui caractérisent les femmes dirigeantes de façon générale, même s’il existe de nombreuses exceptions et même si bien des hommes les possèdent aussi. Les femmes ne s’intéressent guère aux luttes de pouvoir. Elles attachent plus d’importance à la réalisation des projets qu’au prestige.

Elles fonctionnent plus par projet, par consensus, que par sens de la hiérarchie. Elles n’ont souvent pas de stratégie de carrière, et se laissent porter par leurs désirs et les occasions. Elles ne savent d’ailleurs pas se vendre et ont moins le sens de la compétition que les hommes. Elles sont peu dans le paraître et ne cherchent pas à faire grossir à tout prix leur entreprise. A-t-on jamais entendu parler de patronnes “voyous”, ou ayant la folie des grandeurs ? Les femmes qui ont des responsabilités sont en général plutôt pragmatiques. Elles ont dû apprendre à être effi caces pour pouvoir gérer à la fois les tâches domestiques, l’éducation des enfants et leur activité professionnelle. N’ayant pas de temps à perdre, elles ont tendance à aller droit au but, à dire la vérité, et ne pratiquent pas la stratégie d’évitement, ni la langue de bois. Elles savent également gagner du temps grâce à une approche holistique, globale, intuitive. Ceci leur permet aussi de trouver des solutions là où l’approche analytique ou trop cartésienne trouve ses limites. A l’ère de la matière grise comme ressource prépondérante des entreprises, l’intelligence dite “émotionnelle”, qu’on reconnaît aux femmes, est un avantage compétitif.

C’est cette forme d’intelligence qui permet aux femmes dirigeantes d’avoir des attitudes d’ensemblier et le souci de l’essentiel. Les femmes privilégient les valeurs humaines, le développement durable, l’éthique, la responsabilité sociale. Ces valeurs, négligées dans un monde économique axé sur la productivité, sont appelées à devenir de premier ordre. Sans elles, le capital humain des entreprises tend naturellement à n’être considéré que comme une simple variable d’ajustement. Cette vision à court terme, bien que très répandue, va de plus en plus prouver ses limites, car elle signifi e le suicide plus ou moins tardif du système. Les femmes qui dirigent ont aussi généralement l’esprit d’équipe et jouent collectif. Elles ont le sens de l’écoute, partagent l’information, s’appuient sur leurs collaborateurs, savent trouver des compromis. Les femmes sont globalement jugées plus compétentes pour la capacité relationnelle, une valeur qui monte dans le monde de l’entreprise.