L'éveil des managers

L'éveil des managers

2,00 €
TTC
Qui en nous dirige ?
Quantité

Pour commander le magazine complet, cliquez sur le lien suivant :

L'éveil des managers


Pascale Ash
auteur


L’illusion d’être un individu

Le mot “individu” signifie, étymologiquement, “non divisé”… Ce n’est pas seulement au niveau linguistique, mais également au niveau psychologique et mental que l’être humain fait une erreur : celle de se considérer comme un moi unique alors qu’en fait, il est une multitude. Psychologiquement, il porte en lui de très nombreux “moi” ; on en a dénombré 987. Chacun de ces “moi” a ses propres désirs, sa propre identité, ses propres objectifs. C’est parce que chaque “moi” utilise pour s’exprimer la totalité de notre être physique que nous avons l’impression d’être une unité. Comme nous sommes physiquement un, nous avons l’impression d’être psychologiquement un. Notre corps physique nous donne l’illusion d’être un moi unique. Nous portons toujours le même nom, sauf les femmes ou les artistes qui en changent parfois. C’est là encore une raison de croire que nous sommes un. Que nous soyons gentil ou méchant, endormi ou éveillé, à notre travail ou dans notre famille, on nous appelle toujours par le même nom. Encore que... : il arrive que, selon le lieu, on nous appelle autrement. Au travail, on nous appelle rarement “ma chérie”... Il y a donc déjà, selon les situations, une différence perceptible, mais nous ne percevons pas vraiment notre multiplicité Nos habitudes, toujours les mêmes, nous donnent elles aussi une impression intérieure de continuité. Parmi d’autres encore (voir encadré), voilà trois raisons qui nous donnent l’illusion d’être un moi unique.

Des “moi” multiples

Celui qui commence à s’observer et à s’étudier réellement se rend compte que cette impression d’unité est un leurre et qu’il y a en lui une multiplicité. En psychologie essentielle, comme en psycho-anthropologie, on représente le “moi” de l’être humain par un cercle empli d’une foule de petits “moi” : le moi coléreux, le moi affectueux, le moi jaloux, le moi râleur, le moi orgueilleux, le moi qui sait, le moi qui juge, le moi toujours fatigué, le moi courageux, le moi fidèle, le moi en révolte. Il y a aussi, parmi tous les autres, un moi qui veut évoluer. Telle est la réalité de notre être psychologique.
SC_30_A11