Entrer dans l'âme apaisée

2,00 €
TTC
Quantité

Pour commander le magazine complet, cliquez sur le lien suivant :

N°42 - La psychologie du non-conflit



Entrer dans l'âme apaisée

Un chemin différent pour les trois types d’êtres humains :physique, émotionnel,intellectuel

Selim Aïssel
fondateur de la Psycho-Anthropologie


Nécessaires : compréhension et effort

Sans compréhension, on ne peut arriver ni à l’apaisement, ni à l’action juste : on est dans un état d’ignorance, même lorsqu’on croit savoir... La non-compréhension ne permet pas d’agir de façon juste et, en même temps, elle empêche d’arriver à la paix. La paix, l’âme apaisée, jaillit de la compréhension, d’une perception globale qui ne se fait plus à partir des événements, traits du caractère, exigences, illusions, désirs, rêves... Etre dans l’âme apaisée n’est pas un état naturel, mais le résultat d’un travail, d’un effort qu’on fournit. On peut penser que les gens relativement tranquilles sont dans l’âme apaisée alors qu’ils sont seulement “coupés” ou “anesthésiés”. Etre dans l’âme apaisée, le calme intérieur, est toujours le résultat d’un effort émotionnel, intellectuel ou physique, effort qui sera très différent selon les individus. Les intellectuels, par exemple, ne peuvent pas arriver à l’âme apaisée par la réflexion, ils sont obligés de passer par un effort physique ou une fatigue physique, et ensuite s’atteler à une réflexion. De plus, la pensée ne peut pas résoudre un problème d’ordre émotionnel, elle ne peut que commencer à tisser un fil, et ce travail de tissage prend du temps, il faut répéter la réflexion pour qu’elle descende du centre intellectuel au centre émotionnel. Il faut donc que la situation soit répétée et que, chaque fois, elle donne lieu à une réflexion cohérente et juste. Si, une fois, elle est fausse, tout ce qui a été fait est balayé. Il faut la situation, il faut votre réaction négative et il faut la réflexion qui vous fait voir que votre réaction négative n’est pas juste. On aboutit à une paix ou une satisfaction intellectuelle, et quand ceci s’est répété souvent, l’intégration émotionnelle est faite. Alors la situation peut se produire et ne déclenche plus de conflit, elle déclenche même la paix.

Un renforcement intérieur

C’est à cet effet opposé qu’avec le temps, on reconnaît qu’on a bien traité une situation qui nous rendait négatif. Un principe dit qu’on reconnaît l’homme évolué au fait qu’il supporte bien les manifestations désagréables des autres et ne manifeste plus ses états conflictuels. En réalité, ce peut aller beaucoup plus loin : à un moment, toute situation négative qui s’approche de lui l’apaise encore plus, le rend plus positif, plus fort, plus rempli d’énergie. Quand une situation négative se produit, soit vous vous révoltez, soit vous déprimez : vous alternez entre les deux pôles. Arrive un moment où il n’y a ni révolte ni déprime...

Un état d’être dans lequel on se glisse

L’illusion de l’état d’âme apaisée

Instinct de mort ou de vie ?


Pour en savoir plus : www.selim-aissel.com/blogessentiel
SC_42_A09