L'essence de l'être

2,00 €
TTC
Quantité

Pour commander la revue complète, cliquez sur le lien suivant :

N°46 - De quel corps parlez-vous ?


L’essence de l’être

Selim Aïssel

L’état de l’être humain

Pour représenter l’état de l’être humain, nous utiliserons l’image d’un chariot (le corps physique), sur lequel est assis un cocher (l’esprit) qui tient les rênes des chevaux (les pensées, émotions, sentiments, sensations) qui nous emmènent où ils veulent s’ils ne sont pas maîtrisés. En principe, le cocher décide où doit aller le chariot, mais lorsqu’il s’endort, qui décide ? Les chevaux, et l’un tire dans un sens, l’autre dans un autre. Il arrive aussi que le chariot soit en mauvais état, un essieu se brise, les roues tournent mal, on n’avance plus... C’est ainsi que fonctionne l’être humain. Parfois, c’est son corps physique qui lui indique la direction à suivre ; d’autres fois, ce sont ses émotions ou sentiments ; de temps en temps, sa pensée. Mais où se trouve et que fait le véritable Moi ? Le vrai Moi, que la psycho-anthropologie appelle "l’essence" de l’être humain, n’est ni le corps physique, ni les émotions, ni la pensée. C’est l’essence qui donne les ordres au cocher, qui lui dit où aller, comment soigner les chevaux et entretenir le chariot. Sans elle, l’être humain est tiraillé entre les chevaux, le chariot et un cocher sans but. ...


L'être humain n'est pas une unité
Contrairement à ce qu’il croit, l’être humain n’est pas un moi unique, il porte en lui de nombreux moi différents. C’est un des principes de base qu’il est essentiel de bien saisir. Il s’agit de remarquer comme on est attiré un jour par une chose, le lendemain par une autre, comme on peut être maintenant dans tel sentiment, l’instant d’après dans tel autre. Tout cela cohabite. Ce principe a une portée qu’on ne perçoit généralement pas : il ne s’agit pas simplement de différences d’humeur, mais véritablement de pans entiers de la personnalité. Il faut vivre ce principe en soi pour partir à la recherche de l’élément unifié en soi, que nous appelons l’essence.



Lire la suite dans la revue N°46




Pour commander un abonnement, cliquez sur le lien suivant :

Abonnement
SC_46_A12