Le bonheur, c'est lâcher l'attachement aux désirs

2,00 €
TTC
Quantité

Pascale Ash


Il est dit dans toutes les traditions spirituelles véritables que l’attachement à ce qu’on désire est (probablement la plus grande) source de souffrance pour les êtres humains. L’attachement ayant pour cause l’ignorance, ou l’illusion, et servant à masquer le manque, la peur du vide, et à se rassurer, on peut le considérer, chez l’adulte "normal", comme un comportement infantile ou névrotique. Selim Aïssel dit que l’attachement au désir cache toujours l’envie de retourner dans le ventre de sa mère : un milieu protégé, où la nourriture coule à flots, où tous les besoins sont satisfaits. Alors même que notre intention de départ est d’aimer et d’être aimé, d’être joyeux, ou heureux, ou serein, bref d’accéder au bonheur, à cause de notre ignorance et de notre immaturité émotionnelle, nous provoquons par notre attachement notre propre malheur et celui des autres, des situations de souffrance pour nous-même et pour les autres.


Pour commander la revue complète, cliquez sur le lien suivant :

N°51 - Désir, désir, quand tu nous tiens...

SC_51_A01
999 Produits