La justification

La justification

2,00 €
TTC

La justification intérieure est ce processus qui vous permet de justifier, face à vous-même, la raison de vos actions ou de vos pensées, bonnes ou mauvaises. Elle suscite en vous les "bonnes raisons" que vous invoquez pour expliquer et justifier votre façon d’agir et de penser...

Quantité

Démasquez ce mécanisme

La justification est quasi constante, c’est un besoin, mais c’est aussi toujours un mensonge bâti sur des arguments toujours faux parce qu’ils ne sont qu’une toute petite partie de la vérité. On se justifie, on argumente, on arrange la vérité à sa propre convenance, on la cache derrière d’autres idées ou d’autres faits. Il est essentiel de reconnaître en soi tous les petits moi de la justification, parce qu’ils font partie des plusnombreux. Il y a, d’un côté, les moi justificateurs intérieurs qui essaient de se rendre justes à l’intérieur et, de l’autre, les moi justificateurs qui se justifient constamment vis-à-vis des autres. Lorsque vous les aurez repérés, vous pourrez commencer à leur dire : "Stop, ça suffit" ; vous les ferez taire, puisque ce sont des moi de la parole, du bavardage intérieur, de la considération intérieure et surtout du bavardage extérieur. Quand vous commencez à les démasquer, il se produit un phénomène intéressant : vous voyez que, lorsqu’on se justifie, c’est généralement qu’on a été touché par quelque chose d’extérieur qui fait qu’on se sent obligé de se justifier. Il y a donc un début de blessure suite à une action qui n’était pas tout à fait nette, mais quand on commence à se justifier, la situation devient pire encore : l’état intérieur à partir duquel on se justifie est encore moins net, c’est toujours une espèce de mal-être face à la vérité. Le jour où vous aurez démasqué ce mécanisme, vous n’aurez plus besoin de vous justifier. Chaque fois que vous pourriez vous justifier, vous voyez que vous n’avez plus besoin de le faire et, chaque fois,vous vous sentez léger, libre, délivré d’un poids. C’est-à-dire que vous avez assumé ce qui s’est passé et vous ne cherchez plus aucun mensonge, vous prenez les choses comme elles sont. Ce travail sur la justification est très intéressant, parce qu’il vous donne un début de saveur de la liberté et de la paix intérieures. Il n’y a plus de tribunal devant lequel il faille se déculpabiliser, se justifier.

Oui, mais…

Vous pouvez repérer les formules révélatrices de la justification, par exemple "Oui, mais..." : on commence par reconnaître une vérité, puis on fait des réserves. C’est souvent le début d’un mensonge, on se trouve une excuse qui permet d’échapper à la réalité. Le mensonge sert de tampon, il permet d’éviter la culpabilité, de se survivre à soi-même, tandis que la culpabilité sclérose et tue. On préfère vivre dans une sorte d’illusion sur soi, même en sachant qu’on la crée soi-même, plutôt que de vivre dans la culpabilité.

La justification vous masque la réalité

Se justifier est toujours un mensonge : on pose un acte qui n’est pas juste, mais on prétend qu’il l’est, qu’on avait une bonne raison de le faire afin de se rendre acceptable, de se donner bonne conscience, afin d’être réhabilité vis-à-vis de soi-même et des autres. Dans la justification, on se ment pour s’empêcher de voir la vérité sur soi-même, et la pire justification est celle de ceux qui se disent déjà justes. Ceux-là sont capables de tuer les autres au nom de la justice et de l’amour, parce qu’ils avancent comme argument une forme de légitimité, un idéal qui les justifie. Il faut comprendre que celui qui se justifie ne peut pas changer puisqu’il justifie l’état dans lequel il est : "Je suis en colère, mais c’est à cause de l’autre" ; "Je suis agressif, violent, mais l’autre l’a bien cherché" ; etc. Même si ce que vous faites n’est pas bien, assumez-le, acceptez d’être encore cela, mais ne vous dites pas que vous avez de bonnes raisons de le faire. Que vos actes soient le reflet de votre être, c’est normal, mais la justification vous rend pire, à travers le mensonge qui vous masque votre réalité.


Pour commander le magazine complet, cliquez sur le lien suivant :

N° 57 -Et si on arrêtait de mentir ?

SC_57_A08