Ma vérité sur le mensonge

Ma vérité sur le mensonge

2,00 €
TTC

... Devant ce constat douloureux, j’avisai soudain que le chemin allait être bien long vers cette aspiration à plus de vérité en moi et envers les autres. Pour m’y aider, je me plongeai avec détermination dans l’étude de la notion de mensonge et, par là-même, de moi-même dans sa partie affabulatrice ...

Quantité


Pourquoi et pour quoi mentons-nous ?

On ment pour préserver ou valoriser son image, pour persuader son interlocuteur afin d’en obtenir un avantage, pour éviter les conflits, pour ne pas peiner un autre, par sympathie ou tact, etc. Quelques traits de caractère largement partagés par le genre humain : l’orgueil et la vanité, l’avidité, la peur, le désir de maîtriser et la volonté de dominer et, bien entendu, le trait même du mensonge. Des traits de caractère négatifs qui se construisent au fil de notre éducation, de notre apprentissage de la vie, en fonction du contexte familial et social dans lequel nous sommes nés. Selon la psychologie spirituelle, le mensonge fait donc partie de notre "fausse personnalité", cette couche factice, mais non moins réelle, recouvrant ce qu’il y a de vrai et d’authentique en nous, notre essence.

En effet, la psychologie spirituelle conçoit l’être humain de la façon suivante : à la naissance, il est constitué d’une essence (du latin "esse", qui signifie : être) qui va se revêtir en grandissant d’une personnalité (du latin "persona", signifiant : masque), faite elle-même de deux facettes : l’une positive avec nos qualités, talents, dons, l’autre plus négative avec nos défauts (limitations, faiblesses, défauts, émotions négatives et traits négatifs du caractère). Le premier grand mensonge en nous provient de ce masque qui recouvre ce qu’il y a de vrai et de juste, ce germe de vérité et d’immortalité que chacun porte en soi à la naissance. La capacité à mentir "délibérément" apparaît chez l’enfant à partir de trois ans, âge auquel la personnalité commence à se former. L’enfant parvient à distinguer sa propre pensée de celle d’autrui. À partir de sept ou huit ans, les mensonges sont plus vraisemblables et mieux construits, la pensée logique et l’intelligence se sont développées.

Sortir du mensonge

Tout d’abord, sortir du mensonge, c’est commencer par sortir de l’ignorance. Le Bouddha lui-même, il y a 5000 ans, enseignait que la première cause de souffrance pour l’homme était l’ignorance. "Connaistoi toi-même et tu connaitras l’Univers et les dieux", la célèbre et fort ancienne inscription sur le fronton du temple de Delphes, est très claire : s’engager sur un chemin de connaissance et de compréhension de soimême est le premier pas vers la vérité...

Pour commander le magazine complet, cliquez sur le lien suivant :

N° 57 -Et si on arrêtait de mentir ?

SC_57_A15