N°26 - Santé, quelles alternatives ?

8,00 €
TTC

 Ce n° 26 est consacré aux approches de santé non conventionnelles. Nul doute qu’il risque de faire grincer certaines dents, mais nous parions qu’il connaîtra le même franc succès, d’abord parce qu’il se positionne de façon originale, ensuite parce que des personnalités reconnues ont bien voulu témoigner avec authenticité de leur point de vue.

Quantité

EDITO


La revue 25 sur les constellations familiales a rencontré un franc succès et nous remercions tous ceux qui ont bien voulu témoigner de leur enthousiasme à la lecture de ce numéro. Ce n° 26 est consacré aux approches de santé non conventionnelles. Nul doute qu’il risque de faire grincer certaines dents, mais nous parions qu’il connaîtra le même franc succès, d’abord parce qu’il se positionne de façon originale, ensuite parce que des personnalités reconnues ont bien voulu témoigner avec authenticité de leur point de vue. Ainsi Christian Boiron, Daniel Kieffer, Martine Gardenal, Peter Jentschura, Idris Lahore et d’autres encore apportent un éclairage vivifiant sur ces méthodes que l’on dit alternatives et qui, nous l’avons vérifié, restent encore bien obscures pour le profane.
Nous avions envie de nous pencher avec vous sur le sujet, pour tenter de faire la part entre le vrai et le faux, le sérieux et le gadget. Pour redonner aux médecines différentes des lettres de noblesse que d’aucuns voudraient voir disparaître, par peur irraisonnée de “l’inconnu” ou par soif de profits… Science de la Conscience se positionne clairement dans ce numéro, comme il le fait chaque fois. Les auteurs nous semblent pleins de sagesse, de bon sens et d’enthousiasme. Ils s’appuient indubitablement sur l’expérience et la connaissance de leur profession. Au fil des pages, peut-être  constaterez-vous que les médecines alternatives sont d’abord une histoire de respect, d’éthique, de déontologie véritable. L’être humain n’est pas séparé du monde dans lequel il vit, et aucun de ses organes, aucune de ses fonctions vitales, aucune cellule n’est séparable de son environnement global.
Cette dimension dite globale ou holistique donne sens à une médecine ouverte et inclusive. Comme nous le savons maintenant, la santé dépend aussi de la qualité des impressions qui nourrissent nos sens. Aussi avons-nous veillé, comme habituellement, à rendre ce numéro particulièrement riche en couleurs et en images de qualité. Pour le plaisir de vos yeux. La beauté,  encore et toujours, à travers la qualité et l’intelligence des textes, le souci d’authenticité. Si la nourriture intellectuelle y est très présente, le cœur n’en est jamais absent. Et quand la revue se referme, en silence, peut-être en reste-t-il “quelque chose”, au fond de soi, qui a un goût de “sacré”. J’emprunte pour finir ce que j’ai compris d’une parole d’Idris Lahore qui disait récemment : “Pour que vos textes touchent le cœur, il faut trois ingrédients : la beauté des mots et des idées, la volonté d’affirmer ce que l’on croit, la bonté qui accepte que tout existe”. C’est ce vers quoi nous nous efforçons de tendre.

Très chaleureusement,

Coline d’Aubret
SC_26