N°34 - Quels risques pour demain ?

8,00 €
TTC

Voilà le troisième volet de notre grand dossier sur la fin possible de l’espèce humaine, cette fois-ci consacré au monde animal.
Nous sommes convaincus qu’en refermant ses pages, vous verrez s’ouvrir devant vous des pistes, non seulement de réflexion, mais aussi d’action, que vous n’imaginez peut-être pas encore en lisant cet éditorial...

Quantité

EDITO

Amis lecteurs,

Voilà le troisième volet de notre grand dossier sur la fin possible de l’espèce humaine. Cette fois-ci consacré au monde animal. Nous choisissons de nous situer en dehors des messages alarmistes diffusés pas les médias qui font de l’audimat sans rien changer à nos comportements quotidiens. Seule la peur, plus qu’une véritable prise de conscience, remet en cause quelques habitudes (peur pour la santé, peur de la mort...). Nous préférons quant à nous favoriser une véritable réflexion, qui s’adresse à l’adulte responsable qui vit en chacun. Certes, nous ne choisissons pas la facilité, en proposant par exemple une vision élargie de notre monde, où les animaux permettent notamment la manifestation de certaines énergies, qui sont à leur place dans la nature, mais forcément dévoyées quand cette nature n’est plus respectée.
Notre directrice de la rédaction vous offre un bouquet d’interviews inédites. Vous trouverez la suite de son entretien avec le Prof. Luc Montagnier, qui parle des "risques que constituent la surpopulation, les épidémies, maladies chroniques"… Passionnante rencontre aussi avec le Prof D. Belpomme, cancérologue de renom, qui nous parle de ces "maladies créées par l’homme". Nos lecteurs retrouveront certainement avec joie un ami de notre revue, Jean-Marie Pelt, qui nous propose de chercher des solutions du côté du plus faible. Quant au Prof. Séralini, il se demande, avec nous, que faire concrètement avant qu’il ne soit vraiment trop tard…
Patrick J. Petri affirme que les "conclusions scientifiques modernes confirment les données des spiritualités traditionnelles", Ennea Tess Griffith nous propose d’évoluer nous-mêmes pour pouvoir aider le monde à évoluer. Et le Dr. Martine Lefèvre nous invite à réfléchir sur le clonage humain, question préoccupante s’il en est !
Nous laisserons le dernier mot à deux spiritualistes : Idris Lahore et Selim Aïssel, s’entretenant avec leurs élèves. Le premier nous invite à une réflexion sur le sens de la souffrance pour nous autres humains. Le second nous interroge : Que voulons-nous apporter à l’âme de la Terre ?
Nous pourrions refermer là ce magazine, en nous sentant nourris jusqu’au fond du coeur et pourtant, il vous reste encore de nombreux autres textes à déguster, en compagnie de Pascale Ash et de bien d’autres. Ce numéro, comme toute la série consacrée à la fin de l’espèce humaine, mérite d’être lu, réfléchi, discuté, partagé. Nous sommes convaincus qu’en refermant ses pages, vous verrez s’ouvrir devant vous des pistes, non seulement de réflexion, mais aussi d’action, que vous n’imaginez peut-être pas encore en lisant cet éditorial. N’hésitez pas à nous donner votre point de vue. Il nous intéresse de continuer avec vous ces partages.

Chaleureusement,

Coline d’Aubret

SOMMAIRE

Une extinction massive

L’homme agit sur son milieu naturel (plantes, animaux) comme s’il ne faisait pas partie luimême de ce milieu. Or, il en fait partie et en dépend pour son alimentation, pour sa santé, et même pour sa survie, puisque les plantes et les microorganismes produisent l’oxygène que nous respirons et absorbent le dioxyde de carbone que nous exhalons. L’homme agit comme si les ressources naturelles étaient inépuisables...

Anthropogenèse

Il va de soi que, sans une formation mathématique de haut niveau et une connaissance de la physique, il est impossible de comprendre la théorie des quantas. Ce qu’on peut essayer de comprendre, cependant, ce sont les conséquences "humaines" qu’implique cette théorie, en étant conscient d’une part que les scientifiques s’occupant de physique quantique n’ont rien de rêveurs mystiques et que, d’autre part, ces théories sont à l’origine, dans notre monde matériel, de l’essentiel de notre civilisation technologique...

Les yeux de l'amour

Les animaux vertébrés sont des êtres à deux cerveaux, l’un physique ou reptilien, l’autre émotionnel ou limbique. Il leur manque le troisième cerveau, le cerveau pensant ou néocortex. Ceci signifie qu’ils ont des émotions, mais pas des pensées, celles-ci étant l’apanage de l’être humain...

Animal ou humain ?

J’ai remarqué que dans de nombreuses situations, même s’il s’agit de domaines dont j’ignore tout, j’arrive à m’en sortir en ayant simplement recours au bon sens...
C’est dans cette direction que la nature a fait évoluer l’être humain. Elle lui a enlevé ses sabots, ses cornes et ses griffes, et elle lui a donné le bon sens et l’intelligence à la place. Le problème est que la plupart des êtres humains aiment mieux continuer à se servir de leurs crocs et de leurs griffes que du bon sens ou de l’intelligence...

Responsable...

Responsabilité dans la vie familiale, sociale, professionnelle... mais la façon la plus intéressante d’examiner la responsabilité, c’est par rapport à soi-même : où suis-je responsable et où suis-je irresponsable par rapport à moi-même ?...

L'homme et l'évolution

Responsabilité dans la vie familiale, sociale, professionnelle... mais la façon la plus intéressante d’examiner la responsabilité, c’est par rapport à soi-même : où suis-je responsable et où suis-je irresponsable par rapport à moi-même ?...

Les microbes

Cet article sur les microbes a été écrit afin de transmettre quelques éléments pouvant déboucher sur plus d’ouverture d’esprit à leur égard...

Des maladies créées par l'homme

Pollution chimique : c’est l’espèce humaine elle-même qui se met en danger...

Evolution : génétique et philosophie

Le système bouge jusqu’au moment où ce qui le dérange disparaît, donc si des conditions existent pour faire disparaître l’espèce humaine, le système les trouvera un jour ou l’autre, il continuera même à bouger jusque là, ce qui peut prendre encore beaucoup de temps et signifie que nous risquons d’être secoués encore longtemps...

Le clonage humain

Un état des lieux des techniques, des dérives possibles et de la législation en vigueur...

Quels risques pour demain ?

Il y a addition de nombreux facteurs dans l’apparition des maladies chroniques. La vie est un risque. Il n’y a pas de risque zéro mais on peut faire en sorte que ces facteurs de risques soient minimisés : par les comportements, par la connaissance des facteurs génétiques de prédisposition à telle ou telle maladie et, d’une façon générale, en ayant une attitude de prévention...

Est-il trop tard ?

C’est la première fois dans l’histoire de notre espèce que nous sommes si nombreux sur Terre, la première fois que nous avons autant épuisé ou pollué nos ressources, la première fois que nous vivons une telle crise de la biodiversité, depuis 4 à 6 millions d’années que les hominidés existent...

La raison du plus faible

Dans la nature, ce sont les plus petits qui survivent aux extinctions massives… Serait-ce aussi le cas dans les sociétés humaines ?

Silence et immobilité

L’immobilité se pratique, s’acquiert et s’approfondit notamment au niveau physique, évidemment, mais aussi aux niveaux émotionnel et intellectuel. Beaucoup de gens comprennent aisément ce que signifie l’immobilité physique, qu’ils traduisent tout simplement par "ne pas bouger", mais ils ne comprennent pas ce que peut être l’immobilité émotionnelle ou l’immobilité intellectuelle. Il s’agit là aussi de "ne pas bouger", ou plutôt, d’être très présent, très attentif, comme à l’affût de ce qui va bouger...

Ecologie et spiritualité

Transformation du monde et transformation de soi vont de pair...

La psycho-anthropologie et son rôle dans le monde

La psycho-anthropologie, ou P.A., est avant tout une psychologie du devenir. Elle est aussi une science de l’homme et de l’univers. L’idée centrale de la P.A. est que la nature abandonne l’être humain à un niveau incomplet d’évolution, mais s’il se décide à acquérir un certain savoir et à produire certains efforts, il peut évoluer au-delà de ce degré d’incomplétude...

SC_34